Le PC de la 6ème Armée, replié à Tremblay-lès-Gonesse, le 3 septembre 1914

 Le PC de la 6ème Armée, replié à Tremblay-lès-Gonesse, le 3 septembre   1914 

Source : H. Revel, buletin de la SEHT, n° 37, année 2013.

 

Le 3 septembre, le général Maunoury, commandant la 6ème Armée s’efforce de ramener ses troupes sur une ligne  Pontoise-Louvres-Dammartin. Son Quartier Général est installé au château d’écouen, mais il s’apprête à le déplacer au Raincy, lieu plus central pour le déploiement prévu. Dans l’après-midi, son poste de commandement se trouve à Tremblay-lès-Gonesse, au presbytère, qui à cette époque se trouve dans le même immeuble que la mairie, face à l’église Saint-Médard.

Pour faire face à une attaque allemande, le commandement a mis en place des appuis d’artillerie cantonnés au fort de Vaujours où est replié le 3e Régiment d’Artillerie. La 47e batterie de cette unité est arrivée à Tremblay-lès-Gonesse le 27 août. Le village est également défendu par une compagnie de fusiliers marins comportant 8 sections de mitrailleuses, servies par des marins provenant des croiseurs de la Manche.

Désireux de renforcer sur la gauche le 76e corps, Maunoury demande à Gallieni de confier cette mission à la 45e Division algérienne, placée sous les ordres du Gouverneur de Paris. En début d’après-midi, après un repas rapidement avalé, dans son Quartier Général du Lycée de jeunes filles Victor-Duruy, Gallieni prend la route pour Tremblay-lès-Gonesse.

Tandis qu’il file vers sa destination, sa voiture croise le flot des réfugiés qui fuient l’avance allemande. La plupart sont juchés sur des chariots tirés par de vieux chevaux, échappés aux réquisitions de l’armée, en raison de leur âge. D’autres civils vont à pied, certains poussant des brouettes devant eux. Sur le bord de la route, les soldats territoriaux, sous la surveillance d’officiers du génie, dressent des barricades pour faire obstacle à la progression ennemie. À l’avant, les troupes qui font retraite au contact de l’ennemi sont épuisées. 

       LE PRESBYTÈRE L’ÉCOLE ET LA MAIRIE CPA, édition Mignon 1908, cachet de la Poste Collection SEHT.

Ce cliché montre les hauts murs du presbytère de Tremblay, situé à gauche de la Mairie. Le 3 septembre 1914, il servit de cadre à la rencontre entre le général Maunoury, commandant la 6ème Armée et le général Gallieni, Gouverneur militaire de Paris.

 

 

Victor Boudon relate ainsi l’arrivée de la 55e division d’infanterie qui va être pourtant engagée victorieusement à Monthyon le 5 septembre : « Alors c’est à travers la forêt de Chantilly une retraite terriblement dure et qui achève de nous briser. Il faut avancer rapidement dans l’obscurité, les pieds déchirés, ensanglantés par la marche, enfonçant presque entièrement dans la couche épaisse de sable fin des allées, l’œil scrutant de tous côtés, épiant les moindres bruits, dans la certitude où nous sommes d’être entourés d’ennemis.» (Victor Boudon Avec Charles Péguy, de la Lorraine à la Marne, août-septembre 1914. Hachette 1916.

Dans ses mémoires  Gallieni évoque son déplacement à Tremblay, dans l’après-midi du 3 septembre. 

« Je  quitte  Paris  avec  mon chef  d’état-major  pour  me rendre  à Tremblay-lès-Gonesse où le général Maunoury venait d’établir son Quartier Général. La 6e armée avait pu opérer sa retraite sans être trop inquiétée et ses divers éléments s’installaient sur le front Pontoise-Louvres-Dammartin qui lui avait été assigné. Elle s’efforçait, après la période mouvementée qu’elle venait de traverser de reprendre un peu de cohésion et de se préparer à la nouvelle tâche qui allait lui incomber. »

L’ordre particulier n° 18 du général Maunoury étant signé du 3 septembre à 10 heures du matin, la rencontre a pour objet de convenir de l’emploi de la 45ème division algérienne dont le chef de la 6ème armée souhaite obtenir le renfort, sur sa gauche.

 

Ordre particulier n° 18 au 7ème corps, daté de Tremblay-lès-Gonesse, le 3 septembre 1914 à 10 heures, signé Guillemin, chef d’état-major, contresigné Maunoury. Cliché SEHT.  (Service Historique de la Défense 19N1039)

 

 

                                    ORDRE PARTICULIER N° 18 au 7ème corps (SHD19N1039


                                                                                                      Tremblay-lès-Gonesse, 3 septembre 10 h
Je suis avisé qu’un corps d’armée allemand a débouché à Senlis et se porte vers La Chapelle (en Serval) où il peut arriver à  10 heures. Gros rassemblement déjà en position à Orry et à Coye.
Orienter toutes vos formations de manière à pouvoir vous opposer à une attaque débouchant du nord sur le front Lassy- Survilliers.
Votre zone d’action pour la suite du combat est limitée à l’est par la ligne entre Plailly, Vémars, Mauregard et à l’ouest par la ligne Lassy, Fontenay (en Parisis), Goussainville.

La 45e division algérienne (sous les ordres supérieurs du gouverneur militaire de Paris) était rassemblée le matin au nord du Bourget. Je m’entends avec le général gouverneur militaire pour que le cas échéant cette division puisse vous soutenir à votre gauche. Je vous aviserai de la suite de cette entente.
Prévenez-moi d’urgence pour m’indiquer votre poste de  commandement. Mon poste de commandement reste à la cure de Tremblay-lès-Gonesse.

 

                                                                Signé le chef d’état-major,  Guillemin
                                                                            Contresigné Maunoury

 



Réagir


CAPTCHA