L'escadrille M-F 16 à Tremblay-lès-Gonesse, 3 septembre 1914

L'escadrille M-F 16 à Tremblay-lès-Gonesse, 3 septembre 1914

Source : H. Revel, bulletin de la SEHT n° 22, année 1998


Au moment où le capitaine Bellenger prend à Creil la direction du service, les escadrilles 15 et 16 venaient de recevoir ordre de se replier sur Persan-Beaumont. Immédiatement après sa prise de commandement, le capitaine Bellenger utilise les appareils et autos restés au terrain d’atterrissage, pour procéder à une série de reconnaissances


« Prenant le commandement de l’aviation de la 6e armée le 1er septembre 1914 au matin sans rien connaître de la  situation et ne trouvant à ce sujet aucun renseignement à l’état-major de l’Armée encore en voie d’organisation, j’ai employé cette journée à débrouiller la situation par des reconnaissances d’avion et d’automobile sans pouvoir fournir dans cette journée aucun renseignement intéressant.


Les reconnaissances aériennes du 2 septembre m’ont amené à placer le gros de l’armée von Kluck vers le milieu de la journée dans la région d’Estrées-St-Denis en marche vers Verberie et Pont-Ste-Maxence, en opposition avec le  commandant Dutilleul qui estimait cette armée plus à l’ouest et orientée vers le front Paris-Mantes.

De cette divergence d’opinions est résultée une première discussion au QG à Écouen lorsque le commandant         Dutilleul me donna ses ordres pour les reconnaissances du 3. Le commandant Dutilleul me donnait à reconnaître  un secteur limité à l’Est par une ligne Paris - Senlis Verberie - Compiègne - Noyon. J’estimais nécessaire d’agrandir cette zone d’une vingtaine de kilomètres vers l’Est. »

 

Le 3 septembre, trois séries de reconnaissances furent lancées : au lever du jour, entre 11 heures et 12 heures, vers 16 heures.
Les reconnaissances du matin découvrirent toute une série de bivouacs de division : 1 proximité de la route Nanteuil-Crépy et de la route Senlis-Verberie. L’une de ces reconnaissances (pilote : lieutenant Prot ; observateur : lieutenant Hügel), partie vers 8 heures, vit même les colonnes allemandes déboucher de Nanteuil-sur-Sennevière et de Lévignen-sur-Betz. Malheureusement, cette reconnaissance ayant reçu ordre d’atterrir au retour à Tremblay-lès-Gonesse, où devait se porter dans la matinée le PC du général Maunoury, - mouvement contremandé avant exécution, - les renseignements ci-dessus s’en trouvèrent  retardés et ne parvinrent qu’après le départ de la deuxième série de reconnaissances. »

Premier feuillet de la lettre de Georges Bellenger au Service Historique de l'armée de l'air, en date du 24 avril 1919. SHD 26N42.

 

 


Personnel officiers et pilotes  du service aéronautique de la VIe armée
d’après la lettre du capitaine Bellenger SHD 26N42

 


Le Journal de Marche et des Opérations de l’aviation de la 6e armée, précise que l’escadrille M-F16 est repliée à  Tremblay-lès-Gonesse, le 3 septembre 1914, mais il ne mentionne pas le lieu exact de son implantation. Comme le village est évacué à cette date, nous ne disposons d’aucun témoignage. Toutefois les carnets de guerre d’André Mare montrent le clocher de Saint-Médard survolé le 3 septembre par des avions. nous supposons donc que le terrain choisi est au sud de la commune, entre le Grand-Tremblay et la route des Petits-Ponts. Cette implantation répond d’ailleurs à des raisons de sécurité. Le 2 septembre, écouen est  évacuée. L’aviation de la 6e armée est repliée pour partie sur Vincennes, escadrille 15, pour partie sur Tremblay, escadrille 16. La partie sud du territoire de Tremblay est moins exposée à la menace allemande que la partie nord.

 

 

Directeur : capitaine Bellenger
Adjoints : capitaine Mercier, lieutenant Savary
Observateurs : 
capitaine Balsan (Jacques), lieutenant Reusser,
capitaine Varaigne, lieutenant Hügel,
lieutenant de Rupierre, lieutenant Illac.

Escadrille RP 15
Commandant d’escadrille : capitaine Geibel,
Pilotes : lieutenant Campagne,  lieutenant de la Pomélie
adjudant Louis,  maréchal des logis Henriot
sergent Faux, sergent Bourkadam.
 Escadrille MF 16
Commandant d’escadrille : capitaine Mauger-Devrennes
Pilotes :  lieutenant Prot,  lieutenant Cesari,
adjudant Louis,  maréchal des logis Henriot
sergent Faux, sergent Bourkadam,
sergent Mouillères, sergent Jaquenaud,
sergent Prudhommeaux, sergent Thouvet.


Le journal de marche et des opérations de l’aviation de la 6e armée, précise que l’escadrille M-F 16 est repliée à Tremblay-lès-Gonesse, le 3 septembre 1914, mais il ne mentionne pas le lieu exact de son implantation. Comme le village est évacué à cette date, nous ne disposons d’aucun témoignage. Toutefois les carnets de guerre d’André Mare montrent le clocher de Saint-Médard survolé le 3 septembre par des avions. nous supposons donc que le terrain choisi est au sud de la commune, entre le Grand-Tremblay et la route des Petits-Ponts. Cette implantation répond d’ailleurs à des raisons de sécurité. Le 2 septembre, écouen est évacuée. L’aviation de la 6e armée est repliée pour partie sur Vincennes, escadrille 15, pour partie sur Tremblay, escadrille 16. La partie sud du territoire de Tremblay est moins exposée à la menace allemande que la partie nord.

 

 

Le clocher de Saint-Médard survolé par un des appareils de l’escadrille M-F 16 

Aquarelle datée du 3 septembre 1914
Carnets de guerre 1914-1918, André Mare, présenté par Laurence Graffin, éditions Erscher

 

 

 

Capitaine Georges Bellenger commandant l'aviation de la 6ème armée

cliché Serviuce Historique de l'Aarmée de l'air

 

 

 

 

Capitaine  Mauger-Devarennes, chef de l’escadrille MF-16 repliée à Tremblay-lès-Gonesse le 3 septembre 1914
Cliché extrait de la revue Icare, juin 2014

 

L’escadrille MF-16 est équipée d’avions Maurice-Farman MF-7 , en septembre 1914 Les patins situés à l’avant de l’appareil, préviennent le risque de capotage à l’atterrissage lorsque l’avion rencontre un obstacle, ce qui permet d’utiliser des terrains très rustiques sans aucun aménagement 



Réagir


CAPTCHA