VILLIOT Émile, Eugène

VILLIOT Émile, Eugène , mort pour la France le 15 juillet 1916

 

 

Fils d’Abel, Léon VILLIOT et de Louise, Mélanie DEVOUGE ; Emile, Eugène VILLIOT est né le 6 février 1871, à Tremblay-Lès-Gonesse. Cheveux bruns, yeux marrons, il a un visage allongé et mesure un mètre soixante-trois. Classé degré  3, il possède une bonne instruction primaire. Il exerce la profession de charretier, lorsqu’il est recensé par l’autorité militaire.

 

Mobilisé le 15 novembre 1892, il a servi dans le 1er régiment de Chasseurs. Dégagé de ses obligations militaires, certificat de bonne conduite accordé,  il est envoyé en congé le 24 juillet 1895, en attendant son passage dans la réserve.

 

Il accomplit une 1ère période d’exercices au 2ème régiment de Hussards, du 1er janvier au 6 février 1889, une seconde dans l’infanterie, du 21 août au 24 septembre 1901. Il est ensuite versé dans 1’armée territoriale, le 1er novembre 1905, affectation normale pour un homme de 34 ans. Il passera successivement au 123ème régiment territorial d’infanterie, puis au 366ème  RTI, chargé de 1a garde des voies ferrées.

Rappelé à l’activité le 31 juillet 1914, i1 arrive au corps le 1er août 1914, est affecté au service de garde des voies de communication, secteur A, section C.  Dirigé le 19 avril 1915 sur le dépôt du 36ème régiment territorial  d’infanterie (voies ferrées),  i1 passe ensuite au 326ème régiment territorial d’infanterie, le 17 mai 1915 et enfin au 6ème régiment du Génie, le 5 juin 1916.

 

Il meurt le 15 juillet 1916 de blessures de guerre, au poste de secours de Germonville, dans la Meuse (Avis de décès du Ministère de la Guerre en date du 30 jui1let 1916). Il est rayé des contrôles le 16 jui1let 1916. I1 avait 45 ans. Comme tous les hommes de sa génération, i1 a servi dans des unités qui ne combattent pas en première ligne, mais qui ne sont pas sans risque. Une citation à l’ordre de 1’armée de 1’unité de Génie dans laquelle il servait, lorsqu’il a été  mortellement blessé, salue le courage de ces hommes mûrs, dont le rôle au service des combattants de première ligne est d’une importance primordiale.

Citation à l’ordre de l’armée. Ordre n°6326D du 31 janvier 1918.

« Unité de travailleurs d’élite formée en 1916 des classes les plus anciennes, sous les ordres du capitaine Le François :

Technicien animé d’une volonté tenace, a fait preuve sans relâche malgré les pertes qu’elles a subies, notamment devant Verdun en 1916, d’un dévouement que rien ne déconcertait, réussissant à maintenir la rigueur de sa méthode en dépit des conditions militaires souvent difficiles, s’est montrée, par sa rapidité et la rigueur de ses travaux, en particulier, lors de l’opération sur l’Aisne en octobre 1917 (offensive de la Malmaison), un précieux auxiliaire du commandement. A rendu ainsi depuis 18 mois des services de premier ordre. »

Ancien carré militaire du cimetière de Tremblay-en-France tombe d’Émile, Eugène VILLIOT.

Sa dépouille a été transferée dans le nouveau carré militaire en 2014



Réagir


CAPTCHA