SENDRON Alfred, Valentin

 

SENDRON Alfred, Valentin, mort pour la France le 31 octobre 1916

 

 

Fils d’A1fred, Théodule, Séraphin SENDRON ct d’Adèle BOQUET ; Alfred, Valentin SENDRON est né à Sevran, le 22 mai 1887. I1 exerce la profession de maçon et réside à Sevran, lorsqu’il est recensé par 1’autorité militaire. Le Conseil de révision le classe dans la 1ère partie de la 1iste en 1908, bon pour le service armé.

Soutien de famille, i1 a des cheveux : blonds, un visage ovale, des yeux bleus. I1 mesure un mètre soixante-dix est noté degré d’instruction 3, il possède une solide instruction primaire. Incorporé le 6 octobre 1908 au 16ème bataillon de chasseurs à pied, il rejoint 1’unité en qualité de chasseur de 2e  classe. I1 est promu chasseur de 1ère classe le 5 octobre 1909, envoyé dans la disponibilité le 25 septembre 1910, certificat de bonne conduite accordé.

Passé dans la réserve le 1er octobre 1910, i1 est rappelé à 1’activité par suite du décret présidentiel de mobilisation générale, du 1er août 1914. I1 rejoint le 26ème bataillon de chasseurs à pied, le 2 août 1914. Parti au front le 10 août 1914, i1 est nommé caporal le 14 jui1let 1915, sergent le 6 février 1915. Affecté au 66ème BCP, I1 est tué à 1’ennemi le 31 octobre 1916 aux tranchées de Budapest, à la corne sud-est du fort de Douaumont. La conduite héroïque du sergent SENDRON lui vaut une citation à 1’ordre du bataillon, n° 31 du 7 novembre 1916 :

 

« Sous-officier d’un courage exemplaire, tué en maintenant ses hommes dans une position violemment bombardée. Croix de guerre avec étoile de bronze. Médaille militaire, par application du décret du 1er  octobre 1918. »

 

Le décès est transcrit à l’état-civil de Sevran, le nom du défunt est porté sur le Monument aux morts de Tremblay, sans doute à la demande de la famille.

Extrait du Journal de Marche et des Opérations du 66ème BCP

Période du 23 octobre au 4 novembre : Prise du fort de Douaumont et du fort de Vaux

Journée du 23 octobre 1916 : Le 66ème bataillon de chasseurs quitte Cheminon-la-Ville le 23 octobre à 9 heures du matin. I1 est embarqué en automobiles pour la direction de Verdun. (…)

Troupes chargées de l’attaque : le groupement s’emparera de la ligne générale suivante tranchée Balfourier, carrières d’Houdremont, ligne à contre-pente sur la croupe nord du ravin de la Dame, retranchement sud au nord de la ferme Thiaumont (…) Dans une deuxième phase, le groupement s’emparera de la ligne générale ligne à contre-pente sur la croupe nord du ravin de la Couleuvre, village de Douaumont, fort de Douaumont, pente nord et est du ravin de la Fausse Cote, boyau d’Altenkirchen, tranchée de Siegen, batterie à l’ouest sud-ouest du fort de Douaumont.

Après l’enlèvement  des forts de Douaumont et de Vaux, le 66ème BCP est soumis à d’intenses bombardements.

 

 

 



Réagir


CAPTCHA