RENARD Louis, Henri

RENARD Louis, Henri, mort pour la France, le 10 mai 1915

Fils d’Henri Alphonse, Renard et de Louise Rosalie Laîné, Louis, Henri RENARD est né le 22 janvier 1874 à Tremblay où ses parents tiennent la boulangerie du village. Il exerce le métier de pâtissier et vit avec ses parents rue Monge à Paris Ve lorsqu’il est appelé sous les drapeaux avec la classe 1894. Incorporé le 14 novembre 1895 au 162e régiment d’Infanterie, il est nommé caporal le 26 septembre 1896, puis sergent fourrier le 11 avril 1897, enfin sergent le 14 novembre suivant. Il est envoyé dans la disponibilité le 21 septembre 1898, un certificat de bonne conduite accordé.


Il poursuit son avancement dans la réserve, est nommé adjudant le 22 septembre 1901 et affecté au régiment d’infanterie de Mayenne. Le  21 janvier 1904 il épouse Louise Gustine Juillette Mathé.
Rappelé à l’activité par suite du décret présidentiel  mobilisation générale du 1er août 1914, il est affecté au sein du 26e régiment d’Infanterie, nommé sous-lieutenant le 17 octobre 1914.
Il est cité le 24 janvier 1915 à l’ordre du 33e Corps d’Armée : « blessé d’un éclat d’obus, a fait preuve, quelques jours plus tard de sang-froid et d’énergie dans une reconnaissance périlleuse en avant de nos positions » et décoré de la Croix de Guerre avec étoile de vermeil.
Blessé à la tête, le 9 mai 1915, « par des éclats de schrappnell * pendant qu’il était en réserve avec sa section dans une tranchée de combat du quartier Saint-Laurent », il meurt des suites de ses blessures le lendemain à l’hôpital temporaire du couvent du Saint-Sacrement à Arras (Pas-de-Calais) à l’âge de 41 ans.

 

* Schrappnell premier engin explosif à balles de plomb inventé par le lieutenant Henry Shrapnell

Historique du 26Régiment d'Infanterie Territoriale

Macon, Protat Frères, Imprimeurs – 1920 numérisation : P. Chagnoux - 2013

 

 

En avril, nous quittons complètement le cantonnement de Sainte-Catherine, les 2e et 3e bataillons sont aux Sourds-Muets et à la citadelle d'Arras, l'État-major du régiment à Dainville avec le 1er bataillon, dont les compagnies en ligne conservent leurs positions, et les compagnies au repos exécutent des travaux de défense au sud-ouest d'Arras. Cette modification s'explique par les dispositions prises en vue de la prochaine offensive, celle du 9 au 12 mai, par le 33e et le 10e C. A. Nous avons les plus belles espérances et apprenons, dès le début, le succès de notre aile gauche : Neuville-Saint-Vaast, Carency et La Targette sont enlevés par le 33e corps (général PÉTAIN). Nous atteignons Souchez, mais devant Arras, les troupes du 10e corps se heurtent à une résistance invincible.

Louis, Henri RENARD, blessé « par des éclats de schrappnell » est décédé à l'hôpital du Saint-Sacrement à Arras, le 10 mai 1915



Réagir


CAPTCHA