PETIT Paul, Gabriel

PETIT Paul, Gabriel , mort pour la France, le 7 avril 1918

Fils de Joseph, Amédée PETIT et de Juliette, Henriette HABRANT domicilies à Tremblay-Lès-Gonesse, Paul, Gabriel PETIT est né le 6 juillet 1894, au domicile de ses parents. I1 exerce la profession de charretier agricole, lorsqu’il est recensé par 1’autorité militaire. I1 a des cheveux châtains, des yeux marron, un long visage dans lequel on remarque un menton volontaire. Il mesure un mètre soixante six, ne sait ni lire, ni écrire, selon sa fiche matricule. Le Conseil de révision du canton de Gonesse l’inscrit sous le n° 150 et le classe dans la 1ère catégorie de la liste, en 1914. Il est incorporé au 29ème régiment d’artillerie de campagne à compter du 5 septembre 1914. Arrivé au corps le même jour, il est fait canonnier de 2ème classe. I1 est ensuite muté au 118ème régiment d’infanterie, le 16 octobre 1914. Parti au front le 11 novembre 1914, i1 est blessé à Tahure le 25 septembre 1915. Reparti aux armées le 20 octobre 1915, i1 est à nouveau blessé à Tahure « plaie avant bras droit par balle, avec fracture du cubitus ». Rentré au dépôt le 13 mars 1916, il passe devant la commission de reforme de Quimper le 22 mars 1916. Elle lui accorde un mois d’incapacité, mais le déclare apte au service armé. Passé au 320ème régiment d’infanterie, le 19 juillet 1916, il est engagé sur divers fronts, notamment celui de Verdun. Evacué blessé le 6 avril 1918, « région temporale droite par éclat d'obus, fracture du crâne, » il meurt le 7 avril 1918 dans l’ambulance 9/2 à la ferme de Maujours, commune de Senoncourt, Meuse. Au cours de ses divers engagements, il s’est fait remarquer par son courage. Il est cité à trois reprises à l’ordre de la division et décoré de la médaille militaire.

 

Citation à l’ordre de 1la division n° 109 du 1er octobre 1917.

« Coureur audacieux. Le I4 septembre 1917 a ravitaillé en munitions pendant le combat et ensuite pendant la contre-attaque les points les plus menacés, jusqu’à épuisement de ses forces »

 

Citation à l’ordre de 1a division n° 181 du 4 novembre 1917 :

 « Sur le front depuis 1914, soldat remarquable d’entrain, de courage et de dévouement. Volontaire pour les patrouilles dangereuses est allé chercher avec 3 de ses camarades un blessé allemand qui se trouvait à quelques mètres des lignes ennemies. Blessé deux fois au cours de la campagne. » 

Déjà cité. Croix de guerre avec deux étoiles d’argent.

Citation à 1’ordre de la division n° 6965 du 23 avril 1918 : 

« Excellent soldat d'un dévouement absolu a été grièvement blessé à son poste de combat en première ligne. » Médaille militaire, rang du 6 avril 1918.

 

Journal de marche et des opérations du 320° RI 5/6 avril 1918

Dans la nuit du 5 au 6 avril, le 5ème bataillon relève dans le camp retranché Chevreuils le 4ème bataillon qui va cantonner fort de Troyon* - camp Rigaud - camp de la Gauffière.

6 avril à 15 h 30, après un violent bombardement et un encagement** très dense l’ennemi tente un coup de main sur le saillant des Mélèzes. Nos tirs de barrage l’arrêtent.

Pertes par bombardement : Tués un caporal, deux soldats Blessés : un caporal, sept soldats.

Blessé le 6 avril 1918, Paul, Gabriel PETIT meurt le lendemain, dans 1’ambulance 9/2 à Senoncourt.

*Le Fort de Troyon est un fort qui fait partie du système Séré de Rivières, mis en place autour de Verdun à partir de 1875. Il est bâti sur les communes de Troyon et Lacroix-sur-Meuse, dans le département de 1a Meuse.

**Encagement : action des feux d’artillerie visant à isoler les forces adverses en les coupant de leurs renforts ct en interdisant leur ravitaillement.

 

Paul, Gabriel PETIT est mort dans l'ambulance 9/2 à Senoncourt, Meuse, des suites des blessures reçues au combat.



Réagir


CAPTCHA