Mavré Lucien, Louis


Mavré Lucien, Louis , mort pour la France le 14 octobre 1917

 

Nous complétons la liste des Morts pour la France  recensés par Mémoire des Hommes, par le cas de Lucien, Louis, Marie Mavré répertorié dans le caré militaire de la ville de Tremblay-en-France.
Fils de feu Léon, Claude Mavré et Clarisse, Louise Voisy, il mesure un mètre soixante-sept, lorsqu’il se présente     devant le Conseil de Révision.
Il exerce le métier de menuisier et possède un solide niveau d’instruction primaire, reconnu par le niveau 3 sur sa fiche matricule. Il a des yeux bleu foncé, des cheveux châtains. Il est déclaré bon pour le service et incorporé le 11 janvier 1916, au 67e régiment d’infanterie.
Il connaîtra ensuite une série d’ennuis de santé et sera réformé le 2 février 1917 par la commission de réforme de la Seine, le 3 février 1917. Il rentrera au village où il décédera le 14 octobre 1917.

 

 

Fiche matricule de recrutement militaire, Archives des Yvelines. Le nom de Lucien Mavré est inscrit au monument aux Morts de Tremblay-en-France et dans le carré militaire, mais il n’est pas publié par Mémoire des Hommes dans la liste des morts pour la France, au cours de la Première Guerre mondiale.

Insigne régimentaire du 67e régiment d’infanterie - Devise : Bec et ongles

Historique du 67e régiment d’infanterie

 Henri Charles-Lavauzelle - éditeur militaire – Paris .  Numérisation : P. Chagnoux - 2009

Nous ignorons le détail du parcours militaire de Lucien Mavré, mais l’historique de son régiment nous donne un aperçu des épreuves terribles affrontées par son unité. On comprend qu’elles aient eu raison de ceux qui étaient de santé fragile.
Au cours de l’été 1916, le régiment a pris part à la bataille de la Somme. Le 13 octobre 1916, le commandant Gouraud, réputé pour sa bravoure légendaire est tué lors de l'assaut de l'épine de Malassise. 
Le 67reçoit la citation ci-contre, à l'ordre du 6e corps d'armée : "Le 13 octobre 1916, a fait preuve d'un élan et d'une ténacité admirables. Bien qu'ayant ses vagues d'assaut à moitié ensevelies dans ses tranchées entièrement nivelées par un bombardement intense, s'est vigoureusement lancé à l'attaque sous un feu d'artillerie et de mitrailleuses d'une rare violence. Malgré de très lourdes pertes, s'est maintenu sur le terrain conquis, au contact immédiat de ses objectifs, et a fourni, sous un feu incessant et malgré le mauvais temps, une somme de travail exceptionnelle."


La maison Mavré-Voisy, au Petit-Tremblay. CPA édition Moulin, vers 1905, collection SEHT
Vieille famille de Tremblay, les parents de Lucien Mavré tiennent une auberge au Petit-Tremblay
à l’enseigne On loge à pied et à cheval



Réagir


CAPTCHA