HERBELOT Edmond, Louis

 HERBELOT Edmond, Louismort pour la France, le 24 février 1915

 

Né le 21 mai 1890 à Tremblay-lès-Gonesse, d’Auguste et feue Évrard Pauline, Antoinette ; Édouard, Louis Herbelot mesure 1,72 m, une assez bonne taille pour son époque. Il a les cheveux châtains, les yeux noisette. Il sait lire et écrire et exerce la profession de charretier. Son teint coloré trahit une bonne santé et il est classé dans la première partie de la liste par le conseil de révision du canton de Gonesse, en 1911.

Incorporé le 7 octobre 1911, au 37e RI comme soldat de 2e classe, il passe  tambour le 26 septembre 1912. Certficat de bonne conduite accordé, il passe dans la réserve de l’arme active, le 8 novembre 1913. Rappelé à l’activité par suite de mobilisation générale, il rejoint le 72e régiment d’infanterie. Il est promu caporal le 28 septembre (ordre n° 9 du 72e), puis sergent le 15 octobre 1914.

Il est tué devant l’ennemi le 25 février 1915 au combat de Mesnil-les-Hurlus (Marne), l’une des plus furieuses batailles de 1915. Un secours de 300 F sera accordé à sa veuve.

 

Ancien carré militaire du cimetière de Tremblay-en-France tombe d’Edmond, Louis Herbelot

Sa dépouille a été transférée en 2014 dans l'ossuaire dunouveau carré militaire

 

Extrait du Journal e Marche et des Opérations du 72e RI

Journée du 24 février 1915

Dans la matinée, les bataillons restent sur leurs positions respectives.

A 13 h 40 ordre est donné d’attaquer à nouveau le bois Brûlé, l’effort principal doit être fait par le 128e RI partant du bois Jumeaux. Le 72e doit s’efforcer d’avancer et de poster sa droite  en avant de façon à se relier au 51e RI vers le bois Rabougri.

Par suite du mélange des diverses compagnies les commandements sont répartis de la façon suivante : 12e, 11e, 4e, 2e, et 8e Cies sous les ordres du Commandant  Rebut et enfin les 3e, 9e et 7e compagnies, ainsi qu’une compagnie du 128e RI et 1 section du Génie sous les ordres du Commandant Daire.

L’attaque a lieu à 16 h 30 ; le 72e RI progresse sur certains points et ainsi que sur d’autres il doit se contenter d’appuyer de son feu l’attaque générale de la brigade. Pendant la nuit les progrès s’accentuent, la 1ère compagnie avance d’une centaine de mètres dans le bois Brûlé, les 1ère et 6ème  compagnies s’avancent jus-qu’aux abords immédiats des réseaux de fil de fer ennemis, s’y accrochent  et s’y maintiennent malgré de fortes pertes.

Les ruines des Hurlus témoignent de la violence des coimbats dans lesquels Edmond, Louis Herbelot a été tué

 

 



Réagir


CAPTCHA