GAUSSET Aexandre, Lucien, Henri

Gausset Alexandre, Lucien, Henri , mort pour la France le 1er juin 1915

Fils de Charles Nicolas Gausset et d’Alexandrine  Martine Rémy ; Alexandre, Lucien, Henri Gausset est né aux Andélys, chef-lieu de canton, dans le département de l’Eure. Au moment de son recensement par l’autorité militaire il réside chez ses parents à Saint-Pierre d’Autils, canton de Vernon et travaille comme ouvrier, en usine.

 

Appelé à l’active le 10 octobre 1905- il arrive au 2ème régiment de hussards le jour-même. Matricule 2675 il accomplit son temps de service jusqu’au 12 octobre 1907 et est mis en disponibilité, certificat de bonne conduite accordé.

 

Il aura ensuite des ennuis avec l’autorité militaire parce qu’il ne répond pas aux convocations qui lui sont adressées pour les périodes d’exercice. Déclaré insoumis le 27 février 1913. Arrêté à Paris le 21 août 1913. Condamné par le deuxième Conseil de Guerre permanent du Gouvernement Militaire de Paris à la peine de 11 jours de prison pour insoumission. Réintégré à l’effectif le 3 octobre 1913.

 

Rappelé à l’active par décret de mobilisation générale du 1er août 1914, il arrivé au 119ème régiment d’infanterie (3ème groupe spécial) le 7 août 1914. Il passe ensuite  au 28ème régiment d’infanterie le 17 mars 1915. Il est porté disparu le 1er juin 1915 à Souville dans la Meuse.

 

Nous relevons quelque erreurs sur son certificat de décès qui le mentionne comme sergent, alors que sa fiche matricule de recrutement militaire le classe soldat de 2ème classe, comme le précise le jugement déclaratif de décès rendu par le tribunal de Pontoise le 29 septembre 1922 (et non le 19 septembre 1924). Si le jugement est bien rendu à cette date, il est en revanche transcrit le 10 octobre 1922 à Tremblay-Lès-Gonesse, comme nous l'indique la fiche d'identité consultable sur le site mémoire des hommes.

Journal de marche et des opérations rapporte que le 28ème régiment d’infanterie 

Le journal de marche et des opérations rapporte que le 28ème régiment d’infanterie subit de très violents bombardements le 1er juin 1915, alors qu’il est engagé dans l’enfer de Verdun, à Souville. (Cf. ci-dessous cliché de la page du 1er juin).

 



Réagir


CAPTCHA