DUTAILLIS Honoré, Mader, mort pour la France le 25 septembre 1914

Dutallis Honoré, Mader mort pour la France le 25 septembre 1914

Fils aîné d’Augustine Dutaillis, Honoré, Mader est né à Tremblay-lès-Gonesse, le 6 avril 1891. Il a des yeux marron, des cheveux châtains, des oreilles très écartées, le teint pâle. Il mesure un mètre soixante-huit, sait lire et écrire et exerce la profession d’employé de commerce, lorsqu’il est appelé à l’activité, le 9 octobre 1912, au 146e régiment d’infanterie, unité que son frère cadet rejoindra à sa demande, en 1915, après la mort de son aîné.

 

Il est nommé soldat de 1ère classe le 14 juillet 1914, participe à la  bataille de Charleroi. 

 

À la mi-septembre, la victoire de la Marne rétablit l’équilibre entre les armées en présence. Le 146e régiment d’infanterie est engagé en Champagne, bataille dans laquelle est tué Honoré, Mader Dutaillis, le 25 septembre 1914. 

 

À la différence de son frère cadet, mort pour la France l’année suivante, lui repose dans le carré militaire du cimetière de Tremblay. Peut-être le corps de son frère n’a-t-il pas pu être identifié et gît-il dans une sépulture collective.

 

 

 

Ancien carré militaire du cimetière de Tremblay, sépulture d’Honoré, Mader Dutaillis. Sa dépouille a été transférée en 2014 dans l’ossuaire du nouveau carré militaire.

Journal de Marche et des Opérations du 146e régiment d’infanterie

Journée du 25 septembre 1914

Longue marche de nuit par la grand route d’Amiens à Moyon qu’on quitte pour aller aux Folies, on y arrive à 4 h 45. Café rapide, il faut être prêt pour 5 h. Marche d’approche direction de Rouvroy-en-Santerre. À 15 h le régiment devra attaquer Fouquescourt, en déloger l’ennemi. L’artillerie appuiera violemment entre 15 h et 15 h 15. Le lieutenant-colonel des Mazis dirige cette attaque. Le 1er bataillon, capitaine Munier prend la tête, il prend par la lisière Est, le bataillon Poiret par la lisière Sud, le 3e bataillon en réserve. Le feu est violent. Une mitrailleuse logée dans le clocher et une autre dans un grenier découvrent tous les objectifs. On approche jusqu’à 100 m du village.

Le capitaine Munier tombe grièvement blessé, son bataillon est très éprouvé. On reçoit du renfort, on continue à avancer. Le colonel des Mazis donne le signal de l’assaut et tombe, blessé mortellement.

Le feu des mitrailleuses est toujours très meurtrier. La nuit est arrivée, on arrête l’attaque.

Le régiment se reforme à  Rouvroy.

Le bataillon Noël reste en observation devant Fouquescourt une partie de la nuit. Il est relevé par un bataillon du 153e, alors commandé par le capitaine Poirel…

 

Les ruines du village de Minaucourt attestent la violence des combats au cours desquels Honoré, Mader Dutaillis est mort pour la France le 25 septembre 1914.



Réagir


CAPTCHA