DUMESNIL Edmond, Louis

DUMESNIL Edmond, Louis, mort pour la France, le 26 août 1917

 

Fils d’Étienne, François Dumesnil et d’Armandine Soissons, domiciliés à Temblay-lès-Gonesse, Edmond, Louis Dumesnil est né, le 6 mars 1897, au domicile de ses parents. Lors de son incorporation, c’est un jeune homme d’un mètre soixante-quatre, taille relativement moyenne pour son époque. Il a des cheveux noirs, des yeux marron foncé des lèvres minces, un visage plein. Il sait lire et écrire et compter, exerce la profession de charretier agricole.

Classé dans la première partie de la liste par le conseil de révision en 1915, il est incorporé le 1er janvier 1916 au 87e régiment d’infanterie. Il est affecté le 14 novembre 1916 au 9e bataillon, puis muté au 287e régiment d’infanterie le 17 février 1917. Le 287e régiment d’infanterie est un régiment d'infanterie constitué en 1914. Il est issu du 87e régiment d’infanterie. À la mobilisation, chaque régiment d'active crée un régiment de réserve dont le numéro est le sien, augmenté de 200.

Edmond, Louis DUMESNIL est porté disparu le 26 août 1917 à Beaumont (Meuse), village qui fait partie des six villages de la Meuse déclarés « morts pour la France » après les combats de la Première guerre.

 

Extrait du Journal de Marche et des Opérations du 287e régiment d’infanterie

journée 26 août 1917

2 heures.  

Le dispositif d’attaque est réalisé et tout le monde est à son poste, attendant l’heure H qui est fixée à 4 h 45.

4 h 45

Le régiment se porte à l’assaut, mais est arrêté à 150 mètres des  tranchées de départ par un réseau de fils de fer et le tir des mitrailleuses ennemies. Il en est de même du 8e BCP, voisin de droite du régiment. Au contraire, le 155e RI, voisin de gauche du régiment, peut atteindre ses objectifs, sauf le bataillon Veyssière qui comprend la croupe de Beaumont et la vue des éléments à l’est et à hauteur de Beaumont ou un bataillon du 155e est fait prisonnier. Les Ve et VIe bataillons doivent faire tomber en les manoeuvrant et en les attaquant à la grenade et au VB tous les îlots de résistance ennemis. Le camp de Beaumont et le ravin de la Sortelle sont ainsi enlevés après de durs combats. Le régiment vient à bout de toutes les résistances ennemies et atteint vers 16 heures tous les objectifs qui lui avaient été assignés. La gauche au nord-est de Beaumont et la droite sur le boyau de la Sortelle. 200 prisonniers faits par le bataillon Veyssière restent entre nos mains, ainsi qu’un grand nombre de mitrailleuses et un important matériel.

La liaison à droite avec le 8e BCP est parfaitement assurée. Il n’en est plus de même à gauche où la liaison avec le 155e n’est pas établie. Une contre-attaque allemande a enlevé Beaumont.

 

Edmond, Louis Dumesnil a été tué à Beaumont, Meuse, le 26 août 1917 

Les ruines de Beaumont attestent la violence des combats livrés dans la localité



Réagir


CAPTCHA