DUCORCQ Louis, Numance, Marie

DUCORCQ Louis, Numance, Marie, mort pour la France le 5 février 1915

Louis, Numance, Marie Ducrocq est né  le 2 avril 1891 à Tremblay-lès-Gonesse. Il a les cheveux châtains, les yeux bleu clair, le teint coloré. Il mesure 1,63 m. Classé une première fois dans la cinquième partie de la liste du canton de Gonesse, par le conseil de révision, pour cause de faiblesse, en 1912, il est remonté dans la deuxième partie, en 1913, avec la mention « développement musculaire insuffisant ». Il sait lire écrire et compter et habite Paris, rue Chabanais dans le 5ème arrondissement. Il exerce la profession de polisseur sur métaux.

Le report d’incorporation dont il a été l’objet le mobilise le même jour qu’Edouard Evrard, son cadet d’un an. Ils seront affectés dans la même unité et connaîtront le même tragique destin, à 48 heures d’intervalle, en février 1915. Incorporé au 153e régiment d’infanterie à compter du 9 octobre 1913, il arrive au corps le 10 octobre 1913, passe au 150e régiment d’infanterie, le 2 avril 1914. Il est porté disparu le 5 février 1915 à Bagatelle, bois de la Gruerie. Son frère André, Georges, Alix, mobilisé en qualité d’infirmier au 70ème BCP, le rejoindra dans la tombe, dix-huit  mois plus tard.

 

Journal de Marche et des opérations du 150e RI

 

2 février 1915

Le bataillon occupe son front soit 1000 m avec 265 fusils

Pertes :

Sous-officiers tués : 4 -  blessés : 5 Disparus : 57

3 février :

Relève par le 161e

1er bataillon à Ronchamp

3e bataillon à Beaumanoir

2e bataillon [ 2 compagnies ouvrages Bagatelle, 1 Cie réserve à H, 1 Cie Fontaine aux Charmes

Pertes : néant

4 février

Le 161e attaqué au secteur G perd des tranchées

Le 3e et le 1er bataillon alertés exécutent tour à tour des contre attaques à 8 h et 16 h. C’est la 3e compagnie qui arrive à reprendre la majeure partie du terrain et à ressouder avec la 11e compagnie, rétablissant ainsi les communications interrompues dans la 1ère ligne.

Le 3e bataillon revient à 22 heures bivouaquer derrière l’ouvrage du Cimetière.

Pertes : (Officiers, sous-officiers, troupe )

tués 5, blessés : 21 ,  disparus : 8.

5 février

Secteur G attaqué à nouveau. La poudrière de ce secteur reçoit un minen et saute, faisant sauter le poste de commandement. 18 h la 2e compagnie exécute une contre-attaque sur le saillant ouest et réussit à reprendre 150 m de tranchée, fusils, cartouches, boucliers.

Pertes :

(Officiers, sous-officiers, troupe)

tués : 16, blessés : 32. Prisonnier : 1, disparu : 1

 

 

Le monument aux morts du bois de la Gruerie, à Bagatelle 

commémore le souvenir des soldats tombés sur ce champ de bataille.



Réagir


CAPTCHA