CARON Charles, Julien

CARON Charles, Julien, mort pour la France le 14 août 1916 

à Belloy-en-Santerre, Somme 

 

Né le 10 juillet 1894 à La Ferté Saint Samson, commune du canton de Forges les Eaux, dans le département de Seine-Inférieure, Charles Julien Caron réside à Tremblay-lès-Gonesse, lorsqu’il est recensé en vue de son recrutement militaire. Il est employé dans la commune en qualité d’ouvrier agricole. Ses parents Charles, Théophile Caron et de Julienne Dubois, sont également domiciliés à Tremblay-lès-Gonesse, à cette époque.

 

Cheveux châtains, yeux bleu clair, nez retroussé, il a une petite bouche, des lèvres épaisses et un menton fuyant. Nous ne savons rien de son degré d’instruction, sa fiche matricule le classe dans la rubrique instruction 0 (ne sait ni lire ni écrire.), mais cette mention a été portée en son  absence, parce qu’il a omis de répondre à la convocation du conseil de révision. Inscrit sous le numéro 31 de la liste du canton de Gonesse, il est noté dans la 1ère catégorie de la liste par le Conseil de révision en 1914, avec la mention BON ABSENT, ce qui explique son classement niveau d’instruction 0..

 

Incorporé à compter du 1er septembre 1914, il est affecté au 51e régiment d’infanterie. Il arrive au corps le 1er septembre. Monté au front, il est cité à l’ordre du régiment en août 1915.

Alors que sa compagnie était maintenue en réserve est allé volontairement se joindre aux troupes d’assaut, a fait preuve de beaucoup de bravoure dans l’attaque au cours de laquelle il a été blessé. Croix de guerre : étoile de bronze. (Citation n° 142 du 7 août 1915).

 

À la suite de cette citation, il accède au grade de caporal, le 21 octobre 1915. Il est  tué à l’ennemi le 14 août 1916, à 1 km au nord-est de Belloy en Santerre, Somme. Il est inhumé au cimetière de la commune d’Assevilliers Somme (avis ministériel du 31 août 1916), rayé des contrôles le 14 août 1916.

 

Extrait du Journal de marche et des Opérations du 51e RI, journée du 14 août 1916

 

14 août 1916

Les allemands bombardent la 1ère ligne et les abords du PC du bois de l’est avec du 105 et du 77.

Nombreuses rafales de 75 sur les tranchées ennemies

Pertes :

  • tués       3
  • blessés 4

 

Charles Julien Caron a été tué au nord de Belloy-en-Santerre, le 14 août 1916



Réagir


CAPTCHA